Coordonnées

Ville de La Fleche

accessibilite

icoeyesicosmall

27 février 2021

17e siècle

De nombreuses demeures du centre-ville actuel, datent des 16e et 17e siècles...

Le 15 rue de la Cure

Le presbytère de Saint-Thomas est fait de deux hôtels particuliers, édifiés dans la ville intra-muros. L'hôtel de gauche a d'ailleurs conservé sa charpente du 15e siècle, celui de droite a, quant à lui, conservé certains éléments de sa construction du 17e siècle.

Au début du 19e siècle, les deux bâtiments sont la propriété d'Alexandre Roullet de la Bouillerie, sous-préfet de La Flèche entre 1814 et 1830. Il y installe ses bureaux et vend finalement l'édifice à l'administration en 1824.

Les locaux vont servir de sous-préfecture jusqu'en 1863. Les bureaux administratifs se trouvaient dans des dépendances donnant sur la rue du Collège.

C'est en 1863 que les curés de Saint-Thomas vont s'y installer.

Le 31 rue de la Dauversière

Le 31 rue de la Dauversière

Cet hôtel est construit vers 1654 pour Jérôme Le Royer de la Dauversière. Ce logis adopte une forme en U, ouvert sur une cour intérieure que prolongeait un jardin. L'architecte est probablement Charles Cesvet.

Le 5 rue de la Dauversière

L'hôtel a été construit à proximité des halles et de l'hôtel de ville vers la fin du 17e siècle ou au début du 18e siècle.

Le 3 rue Vernevelle

Cette maison date du tout début du 17e siècle.

Le 36 boulevard d'Alger

Le 36 boulevard d'Alger

Cette demeure a été construite dans la première moitié du 17e siècle contre le mur d'enceinte septentrional. Cette maison doit son étroitesse à des contraintes foncières.

Cet édifice fut rattaché à partir de 1657 au couvent de Notre-Dame tout proche, dont il devint l'infirmerie. Il sera, le temps de quelques années, la prison "dorée" du poète Gresset, exilé à La Flèche.

Le 15 rue du Rempart

Bâti contre l'enceinte vers 1650, cet hôtel adopte un plan en U, délimitant une cour dont le quatrième côté est clos d'un mur.

On y accède par un corps de passage surmonté d'un élégant toit en pavillon. Au-dessus de la porte, se trouve l'écu aux armes du propriétaire, François Bertreau.

D'autres exemples d'hôtels particuliers

Hormis ces quelques exemples, de nombreuses demeures du centre ville actuel, datent des 16e et 17e siècles : le 54 Grande-Rue, le 19 Grande-Rue, le 20 Grande-Rue, etc.

Les fondations du Présidial et du Collège ont bouleversé les habitudes de la ville qui voyait émerger au 17e siècle, une nouvelle élite fortunée. Ceci explique la construction de vastes demeures bourgeoises.