Coordonnées

Ville de La Fleche

accessibilite

icoeyesicosmall

14 août 2020

Quand débute la Révolution française

Quand débute la Révolution Française, La Flèche compte environ 3800 habitants. Durant ces années, la ville est troublée par la Guerre qui oppose l'armée Catholique et Royale de Vendée aux troupes de la République.

Quand débute la Révolution Française, La Flèche compte environ 3800 habitants. Durant ces années, la ville est troublée par la Guerre qui oppose l'armée Catholique et Royale de Vendée aux troupes de la République.

Pour empêcher le franchissement du Loir par les Vendéens venant de Baugé à la fin de l'année 1793, une arche de pont est détruite. Mais cela n'arrête pas les troupes rebelles qui s'emparent à deux reprises de la ville.

Toutefois La Flèche ne fut que faiblement affectée par les événements révolutionnaires.

L'importance de l'éducation

Au cours du Premier Empire, en 1808, la ville accueillera dans les bâtiments de l'ancien Collège royal, le Prytanée Militaire. Ce dernier a pour vocation de fournir des cadres à la Nation, en particulier des cadres militaires.

Le Prytanée National Militaire
Le Prytanée National Militaire

Parmi les élèves illustres du 19e siècle, nous pouvons citer les Maréchaux Pélissier et Gallieni.

L'importance de l'éducation, dans la ville de La Flèche, est renforcée au cours du 19e siècle par Marie Pape-Carpantier. Née à La Flèche, elle est l'une des premières femmes en France à instaurer un enseignement pour les jeunes enfants, avant l'école primaire.

Marie Pape-Carpantier

Elle deviendra en 1848, Inspectrice Générale des Ecoles Maternelles de France. Sous la 3e République, sont édifiés en 1885 de vastes bâtiments à usage scolaire.

L'ouverture d'une école publique offre l'opportunité à tous les Fléchois issus de toutes les catégories sociales, de recevoir un enseignement.

A cette époque, la ville est un centre administratif important avec notamment une sous-préfecture construite sous le Second Empire et un palais de justice. Dans le même temps, la construction de la gare de La Flèche, conforte sa position de carrefour de voies de communication.

Toujours au 19e siècle, naît, à Saint-Germain-du-Val, le compositeur Léo Delibes qui sera l'auteur, entre autres, de Lakmé et de Coppélia. Ce dernier ballet donnera son nom à la salle de spectacles de notre ville.

Léo Delibes

Un Prix Nobel de la Paix

A l'aube du 20e siècle, Paul d'Estournelles de Constant, né à La Flèche puis installé au château de Créans, s'illustre par ses missions internationales.

Son action en faveur de la paix est mondialement reconnue : il reçoit le Prix Nobel de la Paix en 1909. Il fut l'un des fondateurs de la Cour Internationale de Justice de La Haye. Il fut aussi député, sénateur et conseiller municipal de notre ville.

Paul d'Estournelles de Constant

A cette époque, l'activité économique de La Flèche repose sur des petites activités industrielles et artisanales qui assurent un travail à la population : minoterie, galocherie, féculerie, tannerie, moulin.

Les plus anciennes photographies de La Flèche remontent à 1855 et ont été réalisées par Jean-Marie Taupenot, professeur au Prytanée Impérial Militaire et inventeur d'un procédé photographique au collodion albuminé sec.

Jusqu'au milieu du 20e siècle, La Flèche est une petite ville calme, somnolente. Quelques événements majeurs marquent cette époque : l'arrivée des Prussiens en 1871, la visite du Président de la République, Emile Loubet, en 1901, les blessés et les morts de la guerre 1914-1918, ou encore, moins gravement, l'incendie de l'hôtel de ville en 1919.

Dans l'histoire de La Flèche, les années qui suivent la Seconde Guerre Mondiale représentent un deuxième bouleversement. La décentralisation amène l'installation d'entreprises industrielles.