Coordonnées

Ville de La Fleche

accessibilite

icoeyesicosmall

21 novembre 2018

Des lieux d'histoire...

Le Musée de la Providence, la Croix des Vendéens, le Prieuré Saint-André, l'antique tour de la rue Grollier, le couvent de la Visitation.

Les anciennes prisons

Les premières prisons de La Flèche étaient situées, rue du Marché au Blé, à côté du Présidial, créé en 1595 par Henri IV. Puis, elles ont été transférées, au début du 19e siècle, au fond de l'impasse Saint-Thomas, dans les locaux qui avaient été ceux du prieuré du même nom.

Les anciennes prisons
Les anciennes prisons

L'état d'insalubrité des prisons fut dénoncé le 7 août 1807 par Monsieur Rocher-Desperrés, membre du conseil, qui s'inquiétait des conditions de détention des détenus.

Un demi-siècle après, les détenus étaient à nouveau en droit de se plaindre : ils étaient privés d'eau du fait de l'érection de la statue d'Henri IV, place du Pilori, ce qui avait nécessité la suppression de la canalisation.

Le 30 mai 1933, un décret présidentiel, supprima 14 maisons d'arrêt dont celle de La Flèche. Le 16 juin de la même année, les détenus furent transférés au Mans.

Entre 1937 et 1939, durant la guerre civile d'Espagne, l'ancienne prison fut occupée à différentes reprises, par des réfugiés espagnols (hommes, femmes et enfants).

La Seconde Guerre Mondiale amena la réouverture de la maison d'arrêt fléchoise dans laquelle on interna des prisonniers politiques. La prison fut définitivement supprimée en 1953. La porte de l'ancien prieuré, située au milieu de l'impasse Saint-Thomas, fut supprimée au début de 1958.

Elles ont été restaurées et accueillent maintenant le Tribunal d'Instance de La Flèche.

Le Musée de la Providence

Ce musée retrace la vie d'une religieuse, Françoise Jamin, fondatrice de l'Institut des filles du Saint-cœur de Marie au 19e siècle.

Il est situé dans une partie de la maison de retraite de la Providence et permet au visiteur de découvrir aussi, une charmante chapelle.

La chapelle de la Providence
La chapelle de la Providence

La Croix des Vendéens

Non loin du sanctuaire, vous pouvez vous arrêter un instant devant la Croix des Vendéens.

Celle-ci commémore la mort de milliers d'hommes, femmes, enfants, prêtres massacrés ou morts d'épuisement lors de leurs passages à La Flèche pendant la Virée de Galerne les 1er et 9 décembre 1793.

Le Prieuré Saint-André

En 1171, Henri II Plantagenêt cède des terres de sa seigneurie de La Flèche à l'abbaye de Saint-Mesmin d'Orléans qui y construisit un prieuré, à l'ouest de la ville.

Au 18e siècle, le prieuré comprenait une chapelle, une "maison", des granges et des étables. A la Révolution, le prieuré est vendu comme bien national et les bâtiments sont transformés en ferme.

Seule la partie occidentale de la chapelle est en partie préservée.

L'antique tour de la rue Grollier

Au 17 de la rue Grollier se trouve un pavillon carré du 16e siècle qui est inscrit à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Elle est partie intégrante d'une demeure privée et n'est pas visible de l'extérieur.

Le couvent de la Visitation

Le couvent de la Visitation est construit en 1650-1660 au nord-est de la ville par Charles Cesvet, architecte originaire du Lude. Il est achevé en 1680 par Pierre Ricossé qui élève les ailes ouest et sud du cloître.

L'hôpital, autrefois installé près de l'église Saint-Thomas, y est transféré en 1802 et les hospitalières qui investissent les lieux ornent chaque fenêtre de leurs cellules avec une figurine en plâtre représentant la Vierge à l'Enfant dont elles possèdent le moule et assurent elles-mêmes la fabrication. Au 19e siècle, l'édifice subit quelques transformations.

La chapelle actuelle fut construite en 1837 par Urbain Lemoine. Le cloître est remarquable : il possède un décor sculpté partiellement modifié, des écus armoriés remplaçant certaines scènes religieuses placées dans les écoinçons.

Le cloître du couvent de la Visitation
Le cloître du couvent de la Visitation