Coordonnées

Ville de La Fleche

accessibilite

icoeyesicosmall

21 novembre 2018

Les espaces verts

Labellisée "3 fleurs" et proposée au jury national pour les "4 fleurs", la ville de La Flèche dispose d'un riche patrimoine "vert".

Riche patrimoine "vert"

Labellisée "3 fleurs" et proposée au jury national pour les "4 fleurs" en 2011, la ville de La Flèche dispose d'un riche patrimoine "vert".

Avec 5 000 arbres et près de 65 hectares d'espaces verts urbains à fleurir toute l'année, les services municipaux produisent 38 000 plantes chaque année pour garnir nos massifs.

Chaque parterre évolue 2 à 3 fois au cours de l'année. Plantes à massifs ou vivaces, les 240 espèces et variétés de végétaux choisis par la Ville sont moins gourmands en eau.

Les parterres évoluent 2 à 3 fois au cours de l'année
Les parterres évoluent 2 à 3 fois au cours de l'année

Pour confirmer cette démarche, une charte a été adoptée en 2012

Télécharger la charte des espaces verts durables (PDF)

"Zéro phyto"

Depuis 2008, la mairie de La Flèche gère durablement ses espaces et n'utilise plus de désherbant (Monnerie, camping, etc.).

En 2011, la Communauté de communes du Pays fléchois ne traitent plus les trottoirs ni les caniveaux. Elle a mis en place d'autres pratiques pour leur entretien plutôt que d'utiliser des produits phytosanitaires : désherbage thermique, à vapeur ou manuel.

Désherbage manuel
Désherbage manuel

Ainsi, nous sommes arrivés au "zéro phyto" sur l'ensemble du territoire, préservant ainsi la santé des agents municipaux, celle des habitants et la qualité de notre environnement.

Par endroit, de petits brins d'herbe apparaissent. Il faut apprendre à l'accepter.

L'herbe se voit mais n'est pas dangereuse pour la santé, contrairement aux produits chimiques...

Le paillage naturel limite l'apparition des herbes indésirables
Le paillage naturel limite l'apparition des herbes indésirables

Méthodes alternatives de gestion des espaces verts

Concrètement, la Ville dispose de trois méthodes alternatives pour gérer les espaces verts.

La première tourne autour de l'utilisation d'auxiliaires de culture (coccinelles, chrysopes...) qui "mangent" les parasites.

La deuxième est le paillage naturel (plaquettes de bois et paille de roseau issus de la réutilisation des déchets verts) qui limite l'apparition des herbes indésirables, préserve l'eau et enrichit le sol en matières organiques.

La dernière est le désherbage manuel ou mécanique.

Ce processus a été étendu aux cimetières en 2010. Petit à petit, l'herbe pousse donc dans les allées.

Ce n'est pas un abandon mais un verdissement contrôlé. Cette démarche peut paraître surprenante mais elle est tout à fait naturelle dans d'autres communes (Rennes) ou d'autres pays (Etats-Unis, Europe du nord).

Verdissement contrôlé dans les allées des cimetières
Verdissement contrôlé dans les allées des cimetières

Traitement chimique interdit

Un arrêté préfectoral d'octobre 2010 interdit tout traitement chimique à proximité d'un cours d'eau, existant ou potentiel.

L'emploi des désherbants, fongicides et insecticides est interdit dans les fossés, caniveaux, collecteurs d'eaux pluviales à ciel ouvert (même à sec).

Aucun traitement n'est autorisé à moins d'un mètre des bouches d'égout et à moins de cinq mètres des cours d'eau (même à sec), des mares et des plans d'eau, des sources, des puits et des forages.

Traitement chimique interdit à proximité d'un cours d'eau
Traitement chimique interdit à proximité d'un cours d'eau